Marie-Anne Franqueville

www.mafranqueville.fr

2007, Passage initiatique, Atelier Deacon, Ensba, Paris 

Les espaces sont parfois des lieux de dislocation. Les fragments organiques de Marie-Anne Franqueville les habitent avec une silencieuse aura. Des salles vides et blanches accueillent quelques morceaux épars de ce qui semble être une forme corporelle ou un substitut de chair. Les  angles servent de supports, les murs de parois d'accroches. Les 'entités preuves' que nous offrent l'artiste s'organisent en une composition quasi chamanique, où la trace charnelle de l'humain est perceptible sans toutefois être réellement reconnaissable. Une quelconque métamorphose fut sans doute à l'œuvre pour aboutir à une telle transformation... Ce travail nous parle de transposition, de mutation, de désagrégation. Grâce à la démultiplication des médiums employés: résine souple, cheveux, fourrure, béton, papier, plâtre... Marie-Anne Franqueville nous conduit au cœur de la grotte ancestrale. Son 'art rupestre', tout autant pariétal que mobilier, se nourrit des codes premiers et primitifs des origines. La symbolique de la fertilité, en lien avec la nourriture, le corps et la femme sexuée et reproductrice renvoi irrémédiablement aux formes vulves, triangles, vénus du paléolithique. Mais de l'origine aux accroches votives et aux évocations prophylactiques, la gestation, l'accouchement,  la survie et la mort viennent en boucle former une installation-reliquaire dont l'artiste ne souligne que les mises en formes, les structures et le vocabulaire. Car au-delà de ces probables évocations et connections, le parcours initiatique que nous devons visuellement et physiquement emprunter est avant tout contemporain. Il nous fait obligatoirement déambuler sur un chemin de souvenirs et de commémorations du monde actuel.'Trophées', 'ex-votos', 'tabernacles', 'boites à secrets', fabriquent alors des structures-résidus, des ossatures dépouillées de leurs chairs. Il ne nous reste alors que des carapaces et coques que l'on pourraient supposer vides car refermées en boites hermétiques ou dont la relique s'est décomposée en se mêlant au support de sa supposée conservation, n'en laissant que l'emprunte moulée en creux. objets inconsistants, inexistants,  mais témoins. Les formes  reliquaires, graines et extractions archéologiques de surface d'Anne-Marie Franqueville ont l'ambition de nous signaler en une écriture tactile, que l'idole peut continuer de fonctionner si l'on prend la peine de l'invoquer. Les restes de ce qui fut tribu, organisation sociale, homme, animal, sang, les résidus de ce qui fut chair, os, organes sont ainsi exposés, piqués, surélevés, accrochés. Et la forme qui en fut la plus révélatrice, chair, ventre, germe fertile se voit ainsi adulée et élevée au rang premier de terre et mère à la fois nourricière et procréatrice. 

Texte de  Nathalie REVEILLE, historienne d'art
  

"La démarche artistique que j’entreprends est une démarche de mise en scènes d’espaces imaginaires. Des décors corporels. Chaque élément de ces îles dramatisées est une cellule de l’espace investi, construit comme un organisme vivant. Les structures sont osseuses, musculaires, les cordes des tendons, la peau, les cheveux contiennent ces organes d’idées. J’utilise la résine, le silicone, le latex, aussi bien que le bois, le métal, le plâtre, la terre et le plastique, qui s’allient la plupart du temps, les premiers matériaux permettant de recréer une sensation liquide, cartilagineuse et malléable, les seconds comme structure solide et minérale des installations. Le dessin est l’autre mode d’expression que j’utilise. Il marque la répétition, il me permet de tenter de posséder une obsession thématique sans jamais réellement y parvenir. C’est en quelque sorte un tactique de chasse et de traque de tout ce qui m’intéresse. Il y est également question du voyage initiatique d’une jeune artiste qui explore ses limites en permanence, comme une funambule lancée au dessus de toutes les réalités qu’elle croise." 

EXPOSITIONS

2010: Octobre : Exposition-concours Poissy Talents, Centre de diffusion artistique de la Ville de Poissy. Avril: Troisième volet de « Fantastique des mirages », Galerie Inknight, rue J-P Timbaud, Paris (collective) Mars: Foire Internationale du Dessin, Paris, Nominée par le jury de la FID pour le » prix du jury ».  2009-10: octobre- février : Galerie Inknight, Fantastique des Mirage, ( exposition collective) (Septembre) : Quartiers Libres, exposition collective aux Quartiers d’Orange, Bamako, Mali (Novembre) : Quartiers Libres à Paris, exposition collective, Ensba, Paris, Galerie droite. (Mai) : Galerie d’atelier Deacon, exposition collective, Ensba, Paris, Galerie droite.  2008: (Avril) : 53e Salon d’Art Contemporain de Montrouge (collective) (février) : « Ka kra Ka kra », Alliance Française de Kumasi, Ghana  2007 : (Mars) : Galerie droite, ENSBA, « Des bêtes » (Avril) : 52e Salon d’Art Contemporain de Montrouge,(collective) (Juin) : Portes ouvertes, ENSBA, « suite ornementale », (collective) (novembre) : SaNsa 2007, artist workshop, Ghana (Collective)  2006 : (Novembre-décembre) : Galerie de l’AGART, Amilly (collective) 

ETUDES

2009 : DNSAP (Diplôme national Supérieur d’Arts Plastiques) à l’Ensba Etudiante de Richard Deacon et Jean-Michel Albérola. Echange de 6 mois au Ghana, Kumasi.  2006-2008 : En préparation du diplôme de l’EPhe 2007 : DNAP 2004-2005 : Ateliers de Sèvres (prépa) 2004 : Cours du soir de communication visuelle (ADAC) 2003 : Cours du soir de typographie/ mise en page (ADAC) 2002-2003 : Contrat de qualification maquettiste graphiste (ITECOM, 1 an) 2002 : Licence de lettres modernes spécialisées (Sorbonne Paris IV) 1997 : bac L (Lycée Lavoisier,Paris) 

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE (art création)

2011 janvier à actuellement : Professeur de sculpture, les ateliers du Passage, Paris 17eme janvier/février: animatrice d’ateliers culturels, Môm’Ganne (association, Paris 2009: Animations pour comités d’entreprise, 2006 : -(novembre) :Stage en taxidermie, Muséum d’Histoire Naturelle de Paris - (septembre > octobre) : Médiatrice culturelle sur l’évènement «Nuits Blanches». Halle Pajol -(septembre > novembre) : Stage Institut Cervantès -(février > juillet) : Stage Galerie Isabelle Gounod Eté 2004 : Maquettiste freelance (Freetouch, 2 mois) Maquettiste et auteur(Editions Atlantic&Atlantic, 3 mois) Eté 2003 : Maquettiste (Agence littéraire Philippe Scali, 3 mois) 2002-2003 : Assistante Responsable Artistique (Larousse, 1 an)

Partager/Marquer